Je vous propose d’explorer un métier à temps plein exercé principalement par les femmes. Il s’agit de la profession d’infirmière libérale.

Un emploi du temps surchargé

Le lot quotidien d’une infirmière libérale est jonché de tâches effarantes. Cela implique le travail du dimanche, l’astreinte de nuit.

De plus, les journées comprennent des horaires à rallonge. Comme le suivi des patients requiert une présence de 24h / 24 et 7j /7, les plages horaires laissent peu de place à la vie privée.

Un véritable parcours du combattant pour emmener les enfants à l’école, leur accorder quelques moments le week-end, les accompagner la nuit, entre autres.

Un réel souci d’organisation à résoudre

Il faut privilégier la garde d’enfants en demandant l’appui des proches. L’organisation demande une répartition des tâches avec le conjoint, une assistante maternelle acceptant les horaires souples.

En outre, il faut communiquer avec ses proches. Il faut leur parler de vos difficultés, ne pas hésiter à leur expliquer que le travail de nuit est une source de revenus non négligeable.

Il faut partager l’effort et mettre en lumière les problèmes rencontrés par la fonction d’infirmière libérale.

Mettre l’accent sur les aspects positifs du métier

Face à la demande de contribution des proches, il faut souligner les bons côtés. Le travail du dimanche implique des heures de liberté en semaine.

Le système de roulement horaire engendre un emploi du temps varié. Mettez en avant les atouts de la profession sur le plan humain.

Cela inclut le soin apporté aux patients, l’aide aux personnes, les services rendus à la société et à l’humanité.

Ne pas hésiter à requérir des conseils

L’essentiel est de se sentir soutenue. Néanmoins, il faut informer l’entourage des contraintes de sa situation professionnelle.

Il ne faut surtout pas assumer seule tous les devoirs. Il faut expliquer que les contraintes constituent une condition indispensable et inhérente au métier d’infirmière libérale.

Il convient de bien expliquer les raisons des sacrifices consentis. Il vaut mieux demander conseil et susciter de la compassion afin d’éviter les malentendus et les non-dits.

Une diversification nécessaire des pistes

Expliquez que cette situation est le propre de tous les professionnels exerçant dans votre branche d’activité. Le meilleur moyen de relativiser consiste à échanger les conseils entre collègues.

Il ne faut pas omettre les appuis de la médecine du travail, les recommandations d’un psychologue. Cela permet de chercher des avis utiles et de considérer les meilleures options.

L’essentiel consiste à éviter l’impasse et de ne pas s’enfermer sur soi. Ainsi, le problème peut trouver une issue favorable afin de mener de concert vie professionnelle et vie de famille.

Retrouvez d’autres exemples de sujets ici.

Crédit Photo : la-croix.com & medecine-et-beaute.com

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *