Je vous propose d’en apprendre davantage sur le burn-out au féminin. Son identification permet de mettre en place les bonnes solutions.

Le problème du manque d’autonomie

Chez la population féminine, le manque d’autonomie au travail est beaucoup plus criant. Cette tendance est dangereuse pour la santé car les exigences sont parallèlement très élevées.

Les femmes signalent que la prise de pause est beaucoup rare que chez les hommes.

La surveillance du surinvestissement

Les facteurs significatifs du burn-out au féminin demandent une surveillance accrue. Il faut inclure les conditions extérieures comme des horaires complexes, des pressions répétées ainsi que des interruptions fréquentes.

Le surinvestissement n’est pas uniquement constaté dans le cadre professionnel. Il faut aussi intégrer le foyer et les taches multiples ainsi que la participation requise par une vie associative.

En ce qui concerne le travail au foyer, les horaires sont élastiques et la reconnaissance est quasi inexistante. Il peut susciter une charge mentale rattachée à une personnalité exigeante avec un côté souvent perfectionniste.

Les soucis rencontrés au bureau

C’est surtout le cas des femmes qui travaillent en contact fréquent avec le public. Souvent stressées et sujettes à des situations de conflit, elles sont vidées émotionnellement dans le cadre de leur profession.

Elles présentent un risque élevé de burn-out. C’est le cas des réceptionnistes, des conseillères call-center, etc.

La plupart du temps, l’organisation du travail est souvent sujette à caution. C’est surtout le cas si l’effectif féminin est confronté à l’isolement, le manque de respect des priorités et un problème de communication.

Les signes annonciateurs d’un probable burn-out

La femme proche du burn-out a l’impression d’être sollicitée en permanence voire dérangée. Elle donne beaucoup de son temps sans retour, selon ses sensations.

Par ailleurs, irritable émotionnellement, elle pleure souvent contrairement aux hommes qui se cantonnent dans une sorte de colère intérieure. En outre, les symptômes physiques sont illustrés par un mal de dos répété, des maux de dents chroniques, des infections régulières voire des allergies alimentaires.

Les solutions selon les spécialistes

Il convient de prendre du recul en faisant le tri entre ce qui est acceptable ou pas. Les références demeurent individuelles.

Pour garder son équilibre, il convient de poser des limites.  Par ailleurs, les femmes situées entre 40 et 60 ans sont particulièrement exposés, car elles sont en conflit avec les adolescents dans leur foyer.

En fait, l’approche individuelle est pratiquée par les psychologues. Retrouvez d’autres articles pour femmes ici.

Crédit Photo : femmeactuelle.fr & fr.aleteia.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *