Le secteur numérique a longtemps été associé aux hommes. Pourtant, comme la société, cette industrie a aussi évolué. De plus en plus de femmes intègrent le secteur et occupent des postes importants. Il y en a qui enseigne même la communication digitale.

C’est le cas de Marie. Ce professeur de la communication digitale arrive chaque matin au Digital School of Paris pour apprendre cette matière à ses élèves.

Il lui faut quelques minutes pour installer ses matériels afin d’accueillir ses étudiants. Elle adopte une routine comme l’appel, la présentation et bien évidemment une courte histoire de son parcours. Ensuite, elle commence ses cours. Ses méthodes d’enseignement privilégient l’interaction et les échanges entre les élèves. Après les théories, elle laisse place aux cas pratiques.

Fascination pour le marketing

Comme vous pouvez le voir, elle utilise la méthode agile. Cette technique est d’ailleurs très populaire dans le monde du digital. La théorie n’est pas mauvaise en soi, mais dans ce domaine, la pratique est beaucoup plus efficace. Et c’est ce que Marie essaie d’exploiter. Depuis le collège, elle avait déjà eu un tempérament très impliqué.

Ayant étudié à l’école privée Sainte-Marie, à Bourges, Marie a toujours voulu faire les choses comme il faut. Toujours en quête de perfection, elle a voulu se surpasser, même si à l’école, elle n’était pas aussi forte en anglais et en maths.

Elle était plutôt bonne en français et en espagnol. Elle était fascinée par les publicités qui passaient à la télé. A l’époque, ce n’était pas aussi technique qu’actuellement, mais ça a servi de base. Ces images et vidéos ont été le déclic pour Marie et elle a décidé de tout faire pour travailler dans ce domaine.

Le marketing ou la communication n’était pas très tendance à l’époque. Elle a donc  voulu obtenir un bac STT afin de se spécialiser dans ce secteur. Elle n’a pas attendu longtemps afin de s’informer sur le parcours à suivre pour travailler dans ce domaine. Toutefois, elle avait des difficultés financières à l’époque ne lui permettant pas de financer ses 5 années d’études.

Un parcours plus tumultueux

Etant donné qu’elle n’avait pas les moyens de poursuivre ses études dans une université privée, Marie a décidé d’obtenir un DUT Techniques de communication avant de choisir un établissement privé. Mais c’est une vraie combattante, et avec une bourse et un travail dans un restaurant, elle a pu financier ses études.

C’est cela qui l’a aidé en outre à comprendre le monde de l’entreprise. Marie a en effet été au cœur du réacteur et cela l’a boosté à travailler encore plus afin de mieux comprendre toutes les facettes de cet univers.

Elle a ainsi mis les bouchées doubles afin d’assimiler ses cours de comptabilité, de gestion financière, de communication et de marketing. Mais après avoir obtenu son diplôme, Marie a voulu aller encore plus loin. L’école très réputée, fondée par Jacques Séguéla, Sup de pub, a été suggérée par ses profs. Et encore une fois, elle a tout mis en œuvre afin d’intégrer cet établissement, cela en travaillant deux fois plus et en faisant des sacrifices financièrement.

Un profil très prisé

Le monde du travail est parfois très difficile pour les femmes, surtout à une époque le secteur du numérique est dominé par les hommes. Pourtant, Marie a su se surpasser et a travaillé dans une industrie innovante à l’époque.

Mais grâce à un travail acharné, elle a pu se démarquer et le fait d’être une femme l’a aussi aidé, car les talents féminins présents dans ce secteur n’étaient pas si nombreux. Désormais, elle est professeur dans une grande école de communication digitale et à chaque fois, elle parle de son parcours à ses élèves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *