À la date de 2021 de la Journée internationale de la femme, on espérait que les tests et les vaccinations contre la pandémie rétabliraient la sécurité dans la vie de nombreuses personnes, afin que nous puissions tous nous rétablir.

L’année précédente s’est avérée catastrophique pour les filles et les femmes du monde entier, étant donné que la pandémie a exacerbé les inégalités sous-jacentes qui existaient déjà. Les organisations internationales, y compris les Nations Unies, ont toutes mis en garde contre la perte de droits dans de nombreux pays qui ont été durement combattus mais qui pourraient prendre des années à récupérer.

Une situation assez surprenante

Au Royaume-Uni, un rapport du 9 février de la commission parlementaire sur les femmes et les égalités a signalé que les restrictions et les blocages pesaient lourdement sur de nombreuses femmes. Les femmes étaient présentes de manière disproportionnée dans les postes de travail cruciaux où elles présentaient un risque d’infection plus élevé. Ils étaient également plus susceptibles de se trouver dans des secteurs qui ont été fermés, provoquant de graves pertes d’emplois.

Voici une vidéo expliquant cet écart :

Les responsabilités domestiques, y compris la garde des enfants, se sont intensifiées alors que les écoles étaient fermées et que les choses étaient verrouillées. C’est devenu si grave que de nombreuses femmes ont dû quitter leur emploi. Même avant la pandémie, de nombreuses femmes étaient payées moins que les hommes. Ils étaient également beaucoup plus susceptibles d’occuper des emplois peu rémunérés.

Il y a eu quelques mesures au cours des dernières années pour soutenir les femmes qui travaillaient. L’une était l’exigence que les organisations employant 250 personnes ou plus soumettent des rapports annuels concernant leur écart salarial. Le gouvernement a choisi de suspendre cette exigence particulière en 2020, bien qu’elle ait été rétablie pour 2021, mais avec un délai prolongé d’octobre 2021.

Des rapports intéressants

Les rapports sur les écarts de rémunération entre les sexes offrent des instantanés simples des circonstances auxquelles les femmes sont confrontées dans les organisations de travail. Les militants ont plaidé pour des réglementations plus strictes afin de fournir encore plus de contexte. Par exemple, les informations peuvent inclure des politiques concernant le congé parental, le congé de paternité et le congé de maternité.

Beaucoup aimeraient également savoir quels plans existent au sein des grandes organisations pour remédier aux disparités. Beaucoup demandent également que les rapports sur les écarts de rémunération existants soient étendus pour couvrir des éléments tels que l’ethnicité et la race.

Même avec ces lacunes, auxquelles la future législation pourrait honnêtement remédier, il faut noter que les rapports sur les écarts de rémunération entre les sexes ont rempli leur rôle fondamental d’attirer l’attention sur les pratiques en milieu de travail tout en créant un espace de comparaison et de discussion. Jusqu’à présent, les recherches impliquent que davantage de recherches sont nécessaires sur les causes des inégalités salariales dans le secteur de la santé, une meilleure compréhension de la valeur sociale de l’emploi et la relation qui lie l’emploi à temps partiel, les inégalités salariales et l’insécurité sur le marché du travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.