« Un bébé est un projet comme un autre ! » Quand on a la fibre de l’entrepreneuriat, on sait que l’on peut mener plusieurs projets de front et que l’on peut établir un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Mettre au monde un enfant est aussi une étape de vie à accomplir.

La micro-entreprise avant l’accouchement

Le congé maternité en tant que gérante d’une micro-entreprise est facilement accessible. Que l’on gère une micro-entreprise comme une activité principale ou comme une activité secondaire, des aides sont mises à disposition, avec un suivi régulier et personnalisé. Les mères entrepreneuses disposent de deux types d’aide : une allocation forfaitaire de repos maternel et des indemnités journalières.

L’allocation forfaitaire de repos maternel

L’allocation forfaitaire de repos maternel s’élève à 3 428,00€ en 2021. Si le chiffre d’affaires de la mère entrepreneuse ne dépasse pas cette somme durant les 3 dernières années, l’allocation est réduite à 10%. Cette allocation est versée en 2 fois. Le premier versement a lieu au septième mois et le second versement est réalisé à la fin de la huitième semaine de repos obligatoire. Durant cette période de 8 semaines, les activités professionnelles doivent être complètement suspendues.

Les indemnités journalières forfaitaires pour les micro-entrepreneuses

Les indemnités journalières forfaitaires correspondent aux jours d’arrêt de l’activité pour préparer l’accouchement et assurer les premières semaines de la vie de l’enfant. Ces indemnités impliquent les 8 semaines de repos maternel légal, mais peuvent varier en fonction de la situation familiale (attente de jumeaux ou de triplés, plus de deux enfants déjà nés dans le foyer…).

Pour estimer ses indemnités journalières, Ameli propose un simulateur prenant en compte toutes les situations professionnelles, que l’on soit une future maman ou un futur papa. Ce simulateur est en 4 étapes et dure 5 minutes.

L’essentiel sur la maternité pour la micro-entreprise

Micro-entreprise ou non, un suivi médical est essentiel lorsqu’on attend un enfant. Il est donc important de rester en contact avec son médecin et son assurance maladie. De plus, en tant que micro-entrepreneuse, il est nécessaire de cesser son activité pendant au moins 8 semaines : on déclare cette information sur l’honneur !

Selon les lois françaises, il faut généralement cesser son activité deux semaines avant la date d’accouchement prévue et s’accorder 6 semaines de repos. Bien sûr, cette répartition du temps peut évoluer en fonction de la santé de la mère et de l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.